Commémorations 80-70 à l’église Saint Pierre

La pandémie de Covid-19 est un véritable drame planétaire. Elle entraine des milliers de décès ainsi que de nombreux et graves problèmes économiques. Elle touche tous les aspects de notre société, en ce, y compris, la culture.

Depuis près de deux ans, à l’église Saint-Pierre de Lessines, les Commémorations 80/70 se préparent. Elles devaient débuter le 9 mai. Toutefois, suite à la possibilité d’un prolongement du confinement dû à la crise sanitaire et aux problèmes entraînés par celui-ci, certains évènements et certaines manifestations pourraient se voir reportés.

Mais, le dicton « L’espoir fait vivre » qui remonterait au XIIIe siècle, pousse à aller de l’avant : demain sera un autre jour, demain brilleront des jours meilleurs. La Fabrique d’église Saint-Pierre vous propose donc la genèse des Commémorations 80/70 et leur calendrier 2020.

Pour tout savoir, cliquez ICI

HISTORIQUE

LES CÉRÉMONIES TRADITIONNELLES DU VENDREDI SAINT LESSINOIS ANNULÉES

La pandémie de Covid-19 qui cause de nombreux décès à travers le monde entraine également l’annulation de la tradition lessinoise du Vendredi Saint 2020 !

Une suppression historique en effet, car, depuis les premières traces dans les archives qui stipulent un événement particulier à Lessines, à l’occasion du Vendredi Saint, voici près de 550 ans, la tradition n’a été interrompue qu’à deux reprises.

Ce sera d’abord le Vendredi Saint du 2 avril 1790, supprimé pour cause de troubles dus à la Révolution Brabançonne (du 24 octobre 1789 au 3 décembre 1790). Dès 1791, les semainiers (registres recouvrant le déroulement des semaines de l’année à l’église) de l’église Saint-Pierre stipulent que la tradition reprend « comme avant les troubles ».

Puis, ce sera la Révolution Française qui viendra bousculer la coutume. En 1796, la procession se fait autour de l’église, l’année suivante, elle se calfeutre dans l’édifice. L’église étant fermée du 17 septembre 1797 au 25 juillet 1802, office, procession et mise au tombeau s’arrêtent… Mais redémarrent dès 1803.

Il y aura enfin les deux Conflits mondiaux. Durant le premier, les choses se font comme de coutume. Ce sera presque le cas au cours du Second Conflit. Suite à la destruction de l’église le 11 mai 1940, un gisant en plâtre est acquis, une statue de la Vierge est transformée, à l’aide de voiles noirs, en une Notre-Dame des Sept douleurs… et la procession s’organise, mais en 1943 et 1944, elle restera confinée dans la cour de l’école des Frères, rue Georges Kugé, c’est dans la salle des fêtes de l’institution qu’a été installée l’église provisoire. Le Vendredi Saint 30 mars 1945, la procession retrouve son parcours habituel, à 16 heures.

C’est une nouvelle guerre, d’un autre genre mais terrifiante pourtant qui oblige la traditionnelle trilogie du Vendredi Saint lessinois – office, procession, mise au tombeau – à se mettre entre parenthèses, et c’est dommage car des « nouveautés » devaient apparaître à cette occasion… évidemment respectueuses de la tradition.

La Conférence des Evêques de Belgique a annoncé l’annulation de toutes les célébrations religieuses publique de la Semaine Sainte 2020 « dans toutes les églises et chapelles, y compris dans les monastères, institutions catholiques et lieux de pèlerinage… Seules les célébrations avec quelques personnes en vue de leur diffusion à la radio, à la télévision ou en streaming pourront avoir lieu. »

Le doyen de la Paroisse de Lessines – nouvelle dénomination du doyenné – Michel MYLE, a proposé à Ma Radio (90.1 FM) d’organiser une retransmission en direct de l’office du Vendredi Saint (10 avril) dans les studios du média lessinois. La réponse est en attente. Pour se tenir au courant, rendez vous sur http://www.doyennedelessines.be/.

Quant à l’église Saint-Pierre, elle demeure ouverte toute la journée, permettant aux fidèles de s’y recueillir. À l’occasion du Vendredi Saint et du jour de Pâques, un aménagement spécifique devrait être mis sur pied. Merci de respecter les règlementations en vigueur concernant le confinement, émises par le Gouvernement belge… et prenez soin de vous !

Pour vous replonger dans l’ambiance du Vendredi Saint à Lessines :

L’église décanale St Pierre entre dans le réseau « Eglises ouvertes »

Le réseau « Eglises ouvertes » répertorie toutes les églises de Belgique, de France et du Grand-Duché de Luxembourg qui sont ouvertes en dehors des heures habituelles de célébrations.

L’église Saint Pierre vient d’adhérer à ce réseau.
Découvrez ICI la communication à ce propos

A noter cependant que d’autres églises de notre Unité pastorale sont également ouvertes (Deux-Acren, Houraing) en dehors des heures de célébration mais n’ont pas adhéré à ce réseau

Report des confirmations et des premières communions

Directives des Évêques de Belgique :

Le virus corona nous oblige à une extrême prudence. Les Evêques de Belgique ont donc décidé ce 30 mars 2020, que les célébrations de confirmation et des premières communions prévues entre Pâques et la Pentecôte n’auront pas lieu à la date prévue. Les confirmations sont reportées aux mois de septembre ou d’octobre. Les premières communions sont reportées à la prochaine année scolaire.

Chaque diocèse proposera des dispositions en fonction de sa situation spécifique et en assurera la communication.

Les raisons de ce report sont évidentes. Même en cas d’assouplissement des mesures actuelles, le Gouvernement ne permettra pas les célébrations religieuses avec une assistance nombreuse composée de familles et de générations différentes (dont des grands-parents), ne tenant pas compte non plus du vécu récent de ces familles avec le virus corona.

Les enfants devront tout mettre en œuvre pour la réussite de leur année scolaire le dernier mois de celle-ci, en particulier les futurs confirmands de 6e année primaire en vue de leur qualification pour les humanités. En ce sens, l’organisation des confirmations en juin n’est pas opportune.

Même si les paroisses ou les catéchistes ne peuvent actuellement plus organiser de réunions, nous leur demandons de garder contact avec les enfants et les jeunes qui préparent leur première communion ou leur confirmation par courrier, par email, par streaming ou par téléphone par exemple. Dès la fixation d’une nouvelle date, ils adapteront leurs réunions en fonction de celle-ci.

Les Évêques remercient tous ceux qui travaillent à une communication optimale avec les enfants et les jeunes qui se préparent à la première communion ou à la confirmation, qui les aident à comprendre cette décision difficile et à effectuer sereinement le passage vers une nouvelle date.

Les présentes directives sont établies en conformité avec celles des évêques du lundi 23 mars dernier.

Les Evêques de Belgique

SIPI – Bruxelles, lundi 30 mars 2020

Semaine Sainte : toutes les célébrations religieuses publiques sont annulées

Directives des évêques de Belgique

La propagation du coronavirus contraint toutes les autorités et institutions publiques de notre pays à une extrême prudence. L’Église veut, elle aussi, endiguer la propagation de ce virus. Les évêques de Belgique ont dès lors décidé de prolonger la suspension de toutes les célébrations religieuses publiques et ce jusqu’au 19 avril inclus. Ces dernières reprendront lorsque les autorités tant civiles et qu’ecclésiastiques l’auront autorisé. Les évêques prennent ces mesures conformément aux adaptations possibles pour la célébration du temps pascal, telles que le Pape François les a proposées et données en exemple.

Tous les services liturgiques de la Semaine Sainte (5-12 avril 2020) sont suspendus. Chaque évêque peut établir une exception pour quelques lieux afin que les fidèles puissent suivre ces services à la radio, à la télévision ou en livestream. Seuls les collaborateurs nécessaires pour l’enregistrement de la célébration pourront se trouver dans l’église. Ils respecteront avec soin les règles de la ‘distance sociale’.

Cette suspension s’applique à toutes les églises et chapelles où se célèbre publiquement le culte, y compris les chapelles ou lieux de prière des monastères, des institutions catholiques ou des lieux de pèlerinage. Elle s’applique également aux communautés non-catholiques qui font usage des églises ou des chapelles catholiques. Les communautés contemplatives ou monastiques célèbreront la prière des heures et les offices de la Semaine Sainte en cercle fermé, sans hôtes, ni visiteurs.

L’information sur les services liturgiques diffusés à la radio, à la télévision ou en livestream pendant la Semaine Sainte sera disponible sur le site de Cathobel et de Kerknet ainsi que sur les sites diocésains ou vicariaux.

 1. Dimanche des Rameaux

Bien qu’il n’y ait pas de célébrations publiques, quelques célébrations avec seulement quelques personnes sont prévues en vue des diffusions à la radio, à la télévision ou en livestream. Elles se dérouleront en cercle fermé et dans le respect de la distance de sécurité prescrite. Les rameaux bénits ne seront mis à disposition ni à l’intérieur ni à l’extérieur de l’église. Il y a pour cela une double raison. Une raison liturgique : ces rameaux font partie de la liturgie du dimanche des Rameaux. Une raison préventive : éviter tout rassemblement.

2. Messe chrismale

La bénédiction des Saintes Huiles et la consécration du Saint Chrême  (pour le baptême, la confirmation, l’ordination presbytérale et l’onction des malades) aura lieu en cercle fermé et sera présidée par l’évêque et quelques prêtres. Chaque évêque a également la possibilité de reporter la célébration de la messe chrismale jusqu’à l’autorisation de reprise des célébrations liturgiques publiques. Les Saintes Huiles seront distribuées après la pandémie selon les directives de chaque diocèse.

3. Jeudi Saint, Vendredi Saint, Veillée pascale et Pâques

Seules les célébrations avec quelques personnes en vue de leur diffusion à la radio, à la télévision ou en streaming pourront avoir lieu. Elles se dérouleront cercle fermé, dans le respect de la distance de sécurité prescrite.

En raison des mesures actuelles, le sacrement de réconciliation individuel ne pourra être conféré. Les évêques de Belgique autorisent les fidèles à reporter leur confession pascale à une date ultérieure. Ou, comme l’a récemment déclaré le Pape François au vu des circonstances exceptionnelles de cette année : Oui, il est possible de recevoir le pardon de Dieu sans prêtreSi tu ne trouves pas de prêtre pour te confesser, parle avec Dieu, il est ton Père, et dis-lui la vérité : ‘Seigneur, j’ai commis le mal en ceci, en cela, …” Demande-lui pardon de tout ton cœur avec l’acte de contrition et promets-lui : “Je me confesserai plus tard, mais pardonne-moi maintenant”. Et tu reviendras immédiatement dans la grâce de Dieu.

Comment célébrer Pâques sans confession ni communion, ou ‘faire ses Pâques’ cette année ? En faisant ce qui est possible : prier à la maison, seul ou en famille ; lire et méditer les lectures et les prières prévues pour la Semaine Sainte ; suivre une célébration liturgique à la radio, à la télévision ou en livestream.

4Baptêmes d’adultes

Cette année, les baptêmes d’adultes ne pourront avoir lieu ni la nuit, ni le jour de Pâques. Les évêques sont unis à tous ceux qui se préparent de longue date à leur baptême pour Pâques. Ils comprennent leur déception et leur demandent de la patience. Ils leur proposeront dès que possible une autre date ou une autre période pour leur baptême.

5. Baptêmes et mariages religieux

Tous les baptêmes et mariages religieux sont reportés jusqu’à ce que ces célébrations soient à nouveau possibles. Les évêques prennent cette décision difficile, tout en partageant la déception de tous ceux qui avaient préparé avec soin et attendaient intensément leur mariage ou le baptême de leur enfant.

 6. Confirmations et premières communions

Les célébrations de la confirmation et de la première communion prévues jusqu’au 19 avril ne pourront malheureusement pas avoir lieu. C’est une décision grave dont nous mesurons pleinement l’impact pour les enfants et les jeunes concernés, pour leurs familles et pour la paroisse. En ce qui concerne les confirmations et premières communions prévues après le 19 avril, il est trop tôt en ce moment de prendre des décisions définitives. Les évêques communiqueront le plus tôt possible et dès que les mesures du gouvernement le permettront, les informations nécessaires.

 7. Ouverture des églises

Sauf décision contraire de la commune, les églises restent ouvertes pour la prière individuelle et le recueillement quand c’est possible. L’église, en tant qu’espace public, est bien évidemment soumise aux mesures gouvernementales, dont la distance de sécurité.

8. Campagnes de Carême Entraide et Fraternité et Broederlijk Delen

Les campagnes annuelles de Carême des deux organisations liées à l’Eglise ne sont quant à elles pas suspendues. Seules les collectes ecclésiales en liquide ne pourront avoir lieu. Les évêques appellent les fidèles à poursuivre la solidarité avec les populations et les pays dans le besoin et à effectuer leur don annuel par virement bancaire. Pour Entraide et Fraternité via le compte BE68 0000 0000 3434 et pour Broederlijk Delen via le compte BE12 0000 0000 9292.

 9. Les cloches de remerciement et d’espérance

Les évêques s’associent à toutes les marques de gratitude et d’estime de la population envers ceux qui s’investissent dans la lutte contre le coronavirus : médecins, infirmières et infirmiers, services de police et d’urgence, décideurs politiques et leurs administrations. Les paroisses qui le souhaitent peuvent bien sûr s’associer à ceux qui applaudissent le soir les personnes engagées dans la lutte contre le coronavirus. Elles peuvent mettre par exemple une bougie devant la fenêtre ou faire sonner les cloches (de préférence les cloches de l’angélus à celles des fêtes).

 10. Médias

Les diocèses restent autant que possible en contact avec l’ensemble des croyants, aussi bien au plan national qu’au plan diocésain, par le biais de messages vidéo ou en livestream. Vous trouverez les liens utiles et les aperçus sur les pages interdiocésaines et diocésaines de Cathobel ou de Kerknet.

La RTBF et la VRT essayent de poursuivre la diffusion, le dimanche, des célébrations eucharistiques à la radio et à la télévision. RCF, KTO, France 2, Radio Maria et NPO Nederland diffusent également des célébrations religieuses. Les évêques de Belgique

SIPI – Bruxelles, lundi 23 mars 2020

Coronavirus: L’Eglise catholique de Belgique suspend toutes les messes

En raison de l’expansion de l’épidémie du Corona virus, les évêques de Belgique décident ce jour de suspendre toutes les célébrations liturgiques publiques dans notre pays. Cette décision est effective dès ce weekend du 14 mars et restera en vigueur jusqu’au vendredi 3 avril au moins.

Les baptêmes, mariages et funérailles pourront se dérouler en cercle restreint.

Pour les autres rencontres et réunions pastorales, la plus grande prudence sera demandée.

Les églises demeureront ouvertes pour la prière ou la méditation personnelle.

Les évêques appellent les croyants à vivre ce carême comme un temps de prière, de conversion, de partage fraternel, et d’une plus grande attention à autrui.

Les textes bibliques habituels de la liturgie continueront à inspirer individuellement ou en famille notre progression vers Pâques.

Les sites web de Cathobel, Kerknet, KTO, RCF, Kerk en Leven, les célébrations en radio-tv, RTBF et VRT, les diffusions en live-streaming pourront y contribuer.

Les évêques expriment toute leur reconnaissance à tous ceux et celles qui mettent tout en oeuvre pour arrêter l’extension du Covid19 et qui entourent de leurs meilleurs soins les personnes atteintes par la maladie.

Pour les questions relatives aux conséquences de ces décisions, on s’adressera aux évechés/Vicariats.

SIPI -Bruxelles, jeudi 12 mars 2020

Concrètement pour notre Unité pastorale :

  • Les messes des week-ends et semaines sont supprimées
  • L’assemblée des chrétiens de ce dimanche 15 mars est supprimée
  • Les funérailles, mariages et baptêmes sont célébrés
  • La conférence de ce dimanche 15 mars au Théâtre Jean-Claude DROUOT est reportée.

Conférence du Professeur Pierre d’Argent

15 mars à 15h00 –
Théâtre Jean-Claude Drouot

LE DROIT INTERNATIONAL : UN LANGAGE COMMUN POUR UN MONDE DIVISÉ ?

Le Professeur Pierre d’Argent sera le dimanche 15 mars l’invité des Conférences « Vivre ensemble » de Lessines. Il témoignera de son engagement au service du Droit International.

Pierre d’Argent, 52 ans, est professeur ordinaire à l’UCL où il occupe la chaire de droit international public. Il est également professeur invité à l’Université de Leiden aux Pays-Bas et a fait bénéficier de son expertise de nombreuses universités et hautes écoles prestigieuses à travers le monde.

Il est diplômé en droit et en philosophie de l’Université de Louvain en Belgique (UCL) ainsi que de l’Université de Cambridge. Il a brillamment obtenu son doctorat à l’UCL avec sa thèse « Les réparations de guerre en droit international public. La responsabilité internationale des États à l’épreuve de la guerre » publié en 2002.

Il s’est spécialisé dans la représentation d’Etats devant la Cour Internationale de Justice (CIJ) et d’autres juridictions internationales. Il est aussi l’auteur de multiples publications (plus de 90 !) dans le domaine du droit international.

En 2015, il a été élu membre de l’Institut de droit international. Cet institut de renommée mondiale a obtenu le Prix Nobel de la Paix en 1904 pour sa mission « favoriser le progrès du droit international ».

Il a exercé la fonction de Premier secrétaire de la Cour internationale de Justice de 2009 à 2011.

Il a été récemment été le conseil de la Gambie devant la CIJ pour la cause de la minorité des Rohingyas contre la Birmanie.

Voilà un Belge infatigable et d’une vitalité à toute épreuve au service du droit international, publiant, enseignant, voyageant sans mesure afin de soutenir les causes les plus complexes et de « déminer » les conflits les plus critiques de notre époque.

Et ce ne sont pas les sujets qui manquent !

Rappelons-nous quelques importantes affaires à propos desquelles la Cour Internationale de Justice (CIJ) a été invitée à se prononcer récemment : en 2015, sur la contestation à propos du terme de « génocide » dans la guerre de Croatie (Serbie-Croatie), en 2018, sur les sanctions américaines envers l’Iran, en 2019, sur le transfert controversé de l’ambassade des Etats-Unis à Jérusalem (Palestine-Etats-Unis), sur le financement par la Russie d’activités terroristes dans la  région ukrainienne du Donbass (Ukraine-Russie), en 2020, sur la Birmanie (mise sous surveillance) concernant les Rohingyas (Gambie-Birmanie).

Mais évidement à côté de ces multiples « arbitrages » de la Cour Internationale de Justice, il existe de nombreux terrains où le Droit International doit pouvoir s’exercer.

Pierre d’Argent dessinera pour nous les grandes lignes de son action quotidienne au service du Droit International. Il témoignera de son engagement personnel en tant qu’expert reconnu internationalement en cette matière.

Où et quand ? 

Le dimanche 15 mars de 16H00 à 18H00. Théâtre Jean-Claude Drouot, Rue des Quatre Fils Aymon, 21 à Lessines. Entrée libre.